Myriadel

Un extrait audio

La mer monte

 La mer monte, le texte :

La mer monte et se déchaine
L’esquif est frêle mais se maintient
Et toi bel être tu te traines
Lourdes étrennes ne lâches rien
Balloté par la mer en vie
Chahuté par le vague à l’âme
Tu restes accroché en sursis
Ecueil recueil de tant de larmes
Ta force s’essouffle tu t’accroches
Simule courage qui ne peut lâche
Est-ce ta loi que tu décoches
Dès que l’incertitude fâche
La houle te monte vers le ciel
Jette toujours plus haut que terre
Elle se défoule résiduelle
Rouleaux en place vacants se taire

Lorsqu’enfin ta barque se retourne
Instantanément tu retiens
Ton souffle ta voix qui s’ajournent
Au présent qui lors s’éteint
Pour dans le noir d’immensité
Te frayer tout droit un chemin
Celui de ta force retrouvée
Tu nages sans chercher plus loin
Créant ainsi un long filon
Trésor lumière tu éclaires
Voyage au-delà de l’horizon
Au gré des vents qui se génèrent
L’évidence te rend serein
Un air de fête tu démissionnes
Tu sens ton cœur bien au sein
De ce en quoi tu t’abandonnes

Un saut d’orbite un saut quantique
Le pouls palpite hors des limites


Le livre

 


Le site

www.myriadel

mail